Les enfants ivoiriens peuvent désormais porter le nom de leur mère

Les parents ivoiriens ont désormais la possibilité de transmettre à leur nouveau-né le nom du père, le nom de la mère, ou les deux noms dans l’ordre qui leur convient.

Suite à une décision du Conseil des ministres du 27 novembre, la mère est désormais autorisée, au nom du principe de l’égalité, à adjoindre son nom à celui du père pour un nom double pour l’enfant.

Cette pratique du double nom est déjà très répandue dans plusieurs pays européens : en Espagne, par exemple, où prédomine l’ordre « père-mère », ou bien encore au Portugal, où c’est le nom de la mère qui figure traditionnellement en première place.

Le nom est la marque de l’appartenance à la famille. Traditionnellement, l’enfant prenait prioritairement le nom du père. Cette règle apparaît aujourd’hui quelque peu discriminatoire et en décalage avec les évolutions du droit de la famille, qui induit de plus en plus de liberté de choix pour les parents, d’égalité entre les sexes et de non discrimination selon les modes de filiation. L’enfant portant le nom de son père aura un patronyme tandis que l’enfant portant le nom de sa mère aura un matronyme.

Une pensée sur “Les enfants ivoiriens peuvent désormais porter le nom de leur mère

  • 28 novembre 2019 à 17:03
    Permalink

    Bonsoir, je suis parfaitement d’accord avec cette décision, mais quel nom l’enfant issue d’une telle union ayant reçu le nom du père et de la mère va transmettre à son descendant ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
7 × 18 =